mon portail grossesse

Dernière mise à jour le : 05/12/2017

Les actus d'Agir Magazine

CMR : un tableau pratique et à jour...

Le 09/01/2017

L’INRS propose un tableau qui recense l’ensemble des substances cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR). Ce fichier, mis à jour régulièrement, inventorie les substances classées de manière harmonisée CMR et leur catégorie (1A : CMR avéré, 1B : CMR supposé et 2 : CMR suspecté).

Il permet d’accéder à une information exhaustive et à jour de ces substances sous un format facilement utilisable et exploitable (Excel). Pour chaque substance, on y trouve :
  • son numéro CAS (Chemical abstracts service) et son numéro d’index ID  identification au sein de l’annexe VI du règlement CLP
  • le numéro de sa dernière modification (appelé ATP)
  • le numéro du tableau de maladie professionnelle du régime général s’il fait clairement mention d’un effet cancérogène
  • la classification en cancérogène, mutagène et/ou toxique pour la reproduction.
NB : Les informations figurant dans ce tableau n'ont pas de valeur juridique, le règlement CLP étant la seule référence légale.
 
En savoir plus
Toutes les actualités

Le dossier spécial d'AGIR Magazine n°73

Le travail de nuit

La santé et la qualité de vie au travail

On est programmé pour dormir la nuit et être éveillé le jour... Que devient ce programme lorsqu’on travaille de nuit ?

Les êtres humains sont des animaux diurnes, en raison de leur horloge biologique qui est programmée pour qu’ils soient actifs pendant le jour et inactifs durant la nuit. Physiologiquement, l'organisme humain n'est pas prévu pour travailler en horaires postés et/ou de nuit. Les conséquences sur l'horloge biologique sont une désynchronisation des différents rythmes biologiques, dont celui de l'alternance nuit/sommeil. Autrement dit quand on travaille la nuit, comme plus de trois millions de Français, c'est tout le rythme biologique qui est bouleversé et cela peut porter atteinte à la santé et générer des impacts sur la vie sociale et personnelle des salariés. C'est pourquoi il est considéré comme un facteur de risque professionnel de pénibilité dès l’instant que l’employé réalise au moins 120 nuits par an… A ce sujet, dans son rapport "Le travail de nuit : impact sur les conditions de travail et de vie des salariés", le Conseil économique, social et environnemental (CESE) propose de limiter les mesures dérogatoires permises par les accords de branche&hell ...



  • Facebook
  • Twitter


EN PARUTION !

AGIR Magazine
n°73

Parution :
Novembre / Décembre 2017


FEUILLETEZ AGIR MAGAZINE

Feuilletez Agir Magazine en ligne