mon portail grossesse

Dernière mise à jour le : 08/01/2018

Les actus d'Agir Magazine

Vibrations, plein le dos !

Le 06/09/2017

Des experts de l'INRS et des centres de mesures physiques des Carsat/Cramif viennent d'élaborer la brochure « Vibrations : plein le dos », destinée à aider les employeurs et les personnes en charge de la prévention des risques professionnels.

Ce dépliant met en avant les risques liés aux vibrations survenant lors de la conduite d'engins mobiles. Près de 10% des salariés en France sont amenés à conduire des engins mobiles vibrants dans presque toutes les branches d'activités.

Ces vibrations impactent le confort et provoquent une gêne immédiate. A plus ou moins long terme, elles peuvent présenter un risque pour la santé. Douleurs lombaires, hernies discales, douleurs au niveau du cou et des épaules sont les affections les plus fréquemment rencontrées. 
 
 
Toutes les actualités

Le dossier spécial d'AGIR Magazine n°73

Le travail de nuit

La santé et la qualité de vie au travail

On est programmé pour dormir la nuit et être éveillé le jour... Que devient ce programme lorsqu’on travaille de nuit ?

Les êtres humains sont des animaux diurnes, en raison de leur horloge biologique qui est programmée pour qu’ils soient actifs pendant le jour et inactifs durant la nuit. Physiologiquement, l'organisme humain n'est pas prévu pour travailler en horaires postés et/ou de nuit. Les conséquences sur l'horloge biologique sont une désynchronisation des différents rythmes biologiques, dont celui de l'alternance nuit/sommeil. Autrement dit quand on travaille la nuit, comme plus de trois millions de Français, c'est tout le rythme biologique qui est bouleversé et cela peut porter atteinte à la santé et générer des impacts sur la vie sociale et personnelle des salariés. C'est pourquoi il est considéré comme un facteur de risque professionnel de pénibilité dès l’instant que l’employé réalise au moins 120 nuits par an… A ce sujet, dans son rapport "Le travail de nuit : impact sur les conditions de travail et de vie des salariés", le Conseil économique, social et environnemental (CESE) propose de limiter les mesures dérogatoires permises par les accords de branche&hell ...



  • Facebook
  • Twitter


EN PARUTION !

AGIR Magazine
n°73

Parution :
Novembre / Décembre 2017


FEUILLETEZ AGIR MAGAZINE

Feuilletez Agir Magazine en ligne